Quel type d’exercice physique peut vous aider à rester jeune?

Entraînement d’endurance, de musculation ou d’intervalle de haute intensité – quel type d’exercice physique aidera votre corps à rester jeune plus longtemps? Une nouvelle étude vise à répondre à cette question.

Quel type d’entraînement devriez-vous suivre pour vieillir en bonne santé?

Les télomères constituent un facteur clé de la santé cellulaire, les «bouchons de sécurité» qui protègent les brins de matériel génétique dans nos cellules.

À mesure que les télomères raccourcissent, ce matériel génétique commence à se détériorer, ce qui envoie un signal indiquant que la cellule vieillit et que le processus de mort cellulaire va bientôt commencer.

L’enzyme télomérase aide à maintenir la longueur des télomères mais, à mesure que nous vieillissons, la télomérase devient beaucoup moins active, ce qui a un impact sur le vieillissement cellulaire.

Récemment, des chercheurs de l’Université de Leipzig en Allemagne, en collaboration avec des collègues d’autres institutions de recherche, ont cherché à savoir si différents types d’exercices physiques pouvaient ralentir les processus de vieillissement biologique.

L’équipe a étudié la longueur des télomères et l’activité de la télomérase chez des participants ayant participé à l’un des trois types d’exercices pendant la durée de l’étude, à savoir un exercice d’endurance, un entraînement par intervalles à haute intensité ou un entraînement en résistance.

L’exercice d’endurance a pour but d’aider une personne à améliorer son endurance et comprend des activités telles que la course, la natation et le cyclisme. Les exercices d’intervalle de haute intensité sont similaires, mais ils nécessitent une courte période d’entraînement intense suivi d’un repos et d’une récupération, puis d’un entraînement intense.

Enfin, la résistance – ou l’entraînement en force – vise à renforcer la force physique d’une personne et implique des activités telles que l’haltérophilie.

Les chercheurs ont publié leurs conclusions dans le document d’étude publié dans le European Heart Journal.

Entraînement d’endurance ou de résistance?

Pour la présente étude, dirigée par le professeur Ulrich Laufs de l’Université de Leipzig, les chercheurs ont initialement recruté 266 participants jeunes et en bonne santé, mais qui ne menaient pas de mode de vie actif.

Les enquêteurs ont réparti les participants à l’étude de manière aléatoire en quatre groupes, comme suit:

=Certains ont dû suivre un entraînement d’endurance, qui impliquait la course.

=Certains ont suivi un entraînement par intervalles à haute intensité, comprenant des séances avec des exercices d’échauffement, suivi de quatre cycles de course à haute intensité alternant avec une course lente et une période de repos.

=Certains participants ont suivi un entraînement contre la résistance, comprenant des exercices sur la machine, notamment des extensions du dos, des crunches, des déroulements, des avirons assis, des flexions et des extensions de jambes assises, des presses thoraciques assises et des presses jambes couchées.

Ceux du dernier groupe ont continué à mener leur style de vie sédentaire, agissant en tant que groupe témoin.

La période d’intervention était de 6 mois et les participants qui expérimentaient différents types d’entraînement devaient se soumettre à trois séances d’exercices de 45 minutes sur une base hebdomadaire. Sur le nombre total initial de participants, 124 ont pu mener à bien l’étude.

Afin de vérifier quel type d’entraînement était le plus efficace pour soutenir un vieillissement en bonne santé, les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang sur les participants, une fois au début, puis de nouveau 2 à 7 jours après la dernière session d’entraînement à la fin de l’étude.

En examinant la longueur des télomères et l’activité de la télomérase dans les globules blancs des participants, les chercheurs ont découvert que les personnes ayant suivi un entraînement en endurance et un entraînement par intervalles de haute intensité bénéficiaient des avantages les plus importants.

« Notre principale constatation est que, par rapport au début de l’étude et du groupe témoin, chez des volontaires qui ont suivi un entraînement d’endurance et d’intensité élevée, l’activité de la télomérase et la longueur du télomère ont augmenté, ce qui est important pour le vieillissement cellulaire, la capacité de régénération et vieillir en bonne santé « , déclare le professeur Laufs. Cependant, il note également: « Fait intéressant, l’entraînement en résistance n’a pas exercé ces effets. »

Plus précisément, l’activité de la télomérase a été multipliée par deux ou trois chez les endurance et les entraînements intensifs, tandis que la longueur des télomères augmentait considérablement.

« L’étude identifie un mécanisme par lequel l’entraînement en endurance – mais pas l’entraînement en résistance – améliore le vieillissement en bonne santé », note le professeur Laufs.

« Il pourrait être utile de concevoir de futures études sur cet important sujet en utilisant la longueur des télomères comme indicateur de » l’âge biologique « dans les futures études d’intervention », ajoute-t-il.

Le Dr Christian Werner, de l’Université de la Sarre en Allemagne, co-auteur de l’étude, a déclaré: « Nos données corroborent les recommandations actuelles de la Société européenne de cardiologie, selon lesquelles les exercices de résistance devraient être complémentaires à l’entraînement en endurance plutôt que de les remplacer. »

 » Les données identifient l’activité de la télomérase et la longueur des télomères comme des moyens sensibles de mesurer au niveau cellulaire les effets de différentes formes d’exercice. L’utilisation de ces mesures pour orienter les recommandations d’entraînement pour les individus peut améliorer à la fois l’adhésion et l’efficacité des programmes d’entraînement à la prévention des maladies cardiovasculaires. « 

Les chercheurs suggèrent qu’ils pourraient avoir un impact sur les niveaux d’oxyde nitrique – un radical libre dans le sang, qui affecte la fonction des vaisseaux sanguins et la circulation sanguine, et pourrait donc influer sur les processus de vieillissement à le niveau de la cellule.

« D’un point de vue évolutif, les entraînements d’endurance et d’intensité élevée peuvent mieux imiter les comportements avantageux de nos ancêtres en matière de déplacement et de combat ou de fuite que l’entraînement en force », explique le Dr Werner.

advertising
Loading...
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular

To Top